Historique

Le Service de protection contre les incendies de Sherbrooke

Le Service de protection contre les incendies de Sherbrooke a été créé en 1852 sous l'appellation de Sherbrooke Fire Brigade. Composée essentiellement de pompiers volontaires, cette entité a été la même de 1852 à 1882. En 1882, il y eut fusion des services de la police et de la brigade de feu. Cette organisation restera la même pendant 62 ans, soit jusqu'en 1944. C'est à cette époque qu il y eut scission et création de deux entités distinctes soit le Service des incendies et le Service de police. À partir de ce moment, le Service des incendies connaîtra une véritable expansion et deviendra un service d'envergure. Déjà, en 1945, soixante combattants du feu composaient la brigade. En 1960, le service, en pleine émergence, augmenta son effectif à 85 combattants du feu, répartis sur le territoire dans trois postes d'incendie. En 1970, une modification de l'horaire de travail et l'ouverture d'un quatrième poste d'incendie font en sorte que l'effectif atteint 112 pompiers permanents.

Au début des années 90, Sherbrooke innove par une décentralisation de ses effectifs et met en place un nouveau concept de poste satellite, l'objectif recherché étant de diminuer le temps de réponse. De plus, la flotte de véhicules vieillissante est rajeunie par l'achat de plusieurs autopompes et d'un appareil d'élévation neuf. Cet exercice s'apparentait aux schémas de couverture de risques d'aujourd hui. En 1994, une fois de plus, Sherbrooke innove avec la création du service de premiers répondants. Le SPCIS devient, par le fait même, le premier service d incendie reconnu, selon une entente, à titre de premiers répondants au Québec par le réseau de la santé. Par la suite, de 1996 à 1997, le SPCIS a subi de nombreux changements organisationnels en rapport à la structure administrative. En 1998, dans le but d augmenter le niveau de gestion administrative, il y a création d un nouveau statut au SPCIS, soit celui de chef de division et abolition du statut de capitaine.

Le Service de protection contre les incendies de Bromptonville

Le Service des incendies de l'ancienne Ville de Bromptonville fut fondé en mai 1906. Une première autopompe fut achetée à ce moment de la compagnie Canadian Fire Engine CO.
À cette époque, et ce, 365 jours par année, des bouilloires à vapeur maintenaient la pression des réseaux d'eau souterrains. Les pompiers, quant à eux, étaient alertés par des cloches de l'église, actionnées par le bedeau de la paroisse. Tous les équipements étaient entreposés dans un bâtiment en bois chauffé. Ce bâtiment, construit dans les années 1911-1912, a été transformé et rénové en 1955 pour devenir celui que l'on connaît aujourd'hui comme étant le bureau d'arrondissement et le poste d'incendie.

En 1926, M. Oliva Auger fut nommé à titre de chef de police et de feu, contremaître exécutant de tous les travaux de la Ville et forma des équipes de travailleurs. Le 20 mars 1948, une inondation soudaine endommagea le matériel incendie et la caserne. L'eau atteignait presque le deuxième étage de la caserne. De 1944 à 1956, M. Boudreau remplit les fonctions de chef de police et d'incendie. Monsieur Léonard Lemire lui succéda et procéda à la modernisation des
équipements incendie et au recrutement de personnel pour faire partie de la brigade incendie. C'est à ce moment que s'est formée l'Association des policiers et pompiers de Bromptonville. Monsieur Lemire cumula les fonctions de chef durant cinq ans. Monsieur Pierre Martin fut le dernier directeur avant le regroupement municipal. Monsieur Martin, secondé par son adjoint, M. Marcel Allaire, ont grandement contribué à développer les services offerts à la population, soit en instaurant les services de désincarcération et de sécurité nautique au SPCIB.

Le Service de protection contre les incendies de Lennoxville

Suite à l'incendie de « Bishop s College School » en 1874, des mesures défensives de protection contre les incendies ont été mises en place. Un autre incendie majeur au « Bishop s College School » en 1891, ayant réduit en cendres les bureaux administratifs du collège, a fait réagir la population. En réaction, le maire de l'époque M. H. Abbott s commanda une étude à la « Canadian Underwriters Association ». Donnant suite au rapport en 1910, un système d'alimentation en eau avec 23 bornes-fontaines, 1000 pieds de tuyaux sur dévidoirs, trois échelles et aménagement de la caserne dans le sous-sol de l'hôtel de ville, mais sans brigade incendie formelle ont été mis en place. C'est également durant ces années qu'apparaissaient les premiers chevaux.

Suite à ces mesures, trente-huit citoyens de Lennoxville se sont portés volontaires pour faire partie d'une brigade incendie. L'évolution du service d'incendie s'est poursuivie avec la construction d'un hangar et l'installation d une sirène sur le toit de l'hôtel de ville permettant d'alerter les pompiers lors d un incendie. En 1936, les chevaux font place à un véhicule motorisé et en 1973, le service procède à l'achat d'un deuxième véhicule motorisé. De 1957 à 1973, le Service des incendies de Lennoxville a obtenu plusieurs mentions honorables, entre autres pour le développement de ses services à la population en matière de sécurité incendie. En 1980, Éric Nobes se retire après 25 ans de service comme directeur du Service des incendies de Lennoxville et la tradition de relève familiale de pompiers se poursuit avec les frères Beaulieu, Beatie, Lacasse et Roy. Au début des années 2000, suite au regroupement municipal, le Service des incendies de Lennoxville fusionne avec le Service de protection
contre les incendies de Sherbrooke et le statut de pompier à temps partiel est toujours en place pour la desserte de cette partie de territoire.

Le Service de protection contre les incendies de Deauville

C'est en 1961 qu'un groupe de citoyens se mobilisent pour créer leur service d'incendie. En 1965, le service obtient son tout premier véhicule citerne. De 1965 à 1978, M. Guy Perras occupe le poste de directeur. Messieurs Pierre Perras, Richard Goulet et Jean Mathieu lui succèdent. Monsieur Jacques Grégoire fut le dernier directeur avant le regroupement municipal. Monsieur Grégoire a largement contribué à l'évolution du service avec la mise en place de services à la population tels l'instauration des premiers répondants et la sécurité nautique en 1999.

Le regroupement municipal

L'année 2002 fut une année déterminante: le regroupement municipal a entraîné la fusion de quatre services d incendie distincts (Lennoxville, Bromptonville, Deauville, Sherbrooke). Certains postes d'incendie situés sur l'ancien territoire de la Ville de Sherbrooke doivent maintenant composer avec une augmentation considérable de l'étalement urbain, de la superficie du territoire et de la population à desservir. De plus, les différents services d'incendie alors regroupés n'offraient pas tous le même niveau d'expertise, de préparation et de services à la population. En effet, déjà dans les années 1960, la Ville de Sherbrooke faisait figure de chef de file au Québec pour ses nombreuses ententes intermunicipales et pour l'étendue du territoire protégé par ses services à l'extérieur de ses limites territoriales. Avec les années, les municipalités de la périphérie se sont développées à un point tel qu'elles ont créé des masses critiques suffisamment importantes pour exiger la mise en place d'ententes structurées.

*Source: Schéma de couverture de risques en sécurité incendie 2009-09-24
Sous-pages (1) : Statistiques